Évaluation de la qualité des habitats



 

Pour le Ministère, la conservation des habitats fauniques dans les secteurs forestiers est une intervention prioritaire. Par conséquent, certains outils ont été mis en place afin de faciliter l'évaluation de la qualité des habitats. Nous les mettons ici à la disposition des gestionnaires forestiers, des gestionnaires de territoires fauniques et des gestionnaires de milieux récréatifs.

 

Qu’est-ce qu’un indice de qualité de l’habitat (IQH)?

Inspiré du « Habitat Suitability Index (HSI) », élaboré aux États-Unis, l’indice de qualité de l’habitat (IQH) est un modèle mathématique qui permet d’évaluer, pour une espèce faunique donnée, la valeur en tant qu’habitat d’une série de peuplements forestiers. On entend ici par « habitat » le milieu dans lequel une espèce animale donnée trouve, en quantité suffisante, les éléments biologiques et physiques nécessaires à sa survie et à sa reproduction.

Dans la plupart des modèles, chaque peuplement forestier se voit attribuer un indice de qualité variant entre 0 (qualité nulle) et 1 (qualité la plus élevée). L’évaluation de la qualité d’un peuplement forestier est basée sur ses caractéristiques intrinsèques telles l’âge, la composition en essences forestières, la densité, la hauteur, etc. Ces variables sont inscrites sur les cartes écoforestières du Ministère.

L’IQH ne fournit pas une estimation de la densité ou du nombre d’individus que l’on peut trouver dans un peuplement forestier. En d’autres mots, un habitat de qualité élevée n’entraîne pas nécessairement une densité plus élevée d’individus d’une espèce donnée. Des facteurs autres que la qualité de l’habitat, lesquels ne sont pas considérés dans les modèles, peuvent influencer la densité d’individus à une échelle locale, par exemple, la densité de prédateurs, la pression de chasse, la maladie, etc.

Les espèces pour lesquelles un IQH a été développé sont : le cerf de Virginie, la gélinotte huppée, le grand pic, le lièvre d’Amérique, la martre d’Amérique, l’orignal, l’ours noir, la paruline couronnée, la sitelle à poitrine rousse et l’omble de fontaine.

Pour plus de détails, consultez les guides relatifs à chaque IQH. Les sections qui suivent fournissent des renseignements additionnels sur les IQHs et sur leur élaboration.

Voir également