Plan de gestion du saumon atlantique 2016-2026


Renommé pour sa combativité, admiré pour ses prouesses et recherché pour la qualité de sa chair, le saumon atlantique (Salmo salar) a joué un rôle prépondérant dans l’histoire de l’Amérique du Nord, y compris du Québec.

On dénombre environ 700 rivières à saumons au Canada, dont 111 (en plus des tributaires) se situent au Québec.

Dans l’ensemble de son aire de répartition, le saumon a connu une baisse marquée de son abondance. Ce déclin est principalement causé par une hausse généralisée de la mortalité en mer, elle-même vraisemblablement engendrée par des changements dans l’écosystème océanique. La baisse marquée des captures au cours des dernières décennies, notamment en raison de la fermeture de la pêche commerciale, n’a toutefois pas permis aux populations de se redresser.

La faible abondance de saumon dans les eaux québécoises comparativement à la grande abondance de jadis ainsi que la précarité générale de l’espèce exigent que les modalités de gestion soient revues afin de favoriser la restauration des populations de saumon atlantique anadrome au Québec et de maximiser leur mise en valeur. C’est essentiellement ce constat qui a conduit à l’élaboration d’un plan de gestion du saumon 2016-2026.

Le plan de gestion du saumon atlantique vise deux objectifs :

  1. assurer la conservation et la persistance à long terme des populations de saumons atlantiques;
  2. favoriser une mise en valeur optimale et le développement économique reliés à l’exploitation sportive du saumon atlantique.

Afin d’atteindre ces objectifs, la pêche au saumon est encadrée par des modalités de gestion adaptées à la situation propre à chaque rivière, ainsi que des modalités de pêche générales qui concordent avec la situation actuelle du saumon atlantique dans le nord de l’Atlantique et de l’apport économique de l’industrie de la pêche sportive dans les régions touchées.

Les modifications réglementaires retenues dans le plan de gestion entreront progressivement en vigueur à compter du 1er avril 2016.


Nouvelle réglementation en vigueur à compter du 1er avril 2016

  • La fermeture complète de la pêche ou la restriction de la récolte des saumons sur les rivières dont la population est en situation critique.
  • Sur toutes les rivières où la pêche au saumon est autorisée, la remise à l’eau des grands saumons est obligatoire en début de saison, à l’exception des rivières de la région du Nord-du-Québec et des rivières Moisie, Natashquan et Causapscal. Ces trois derniers cas d’exception seront  réévalués annuellement.
  • La rétention des grands saumons à partir du 1er août dans les rivières dont les montaisons ont été supérieures à la cible de gestion au cours des cinq dernières années. Cette modalité s’applique uniquement si les indicateurs d’abondance de l’année en cours permettent d’être convaincu de l’atteinte de la cible de gestion avant la fin de l’automne. Les rivières York, Saint-Jean (Côte-Nord) et Patapédia font exception, la rétention étant possible au 1er juillet suivant les mêmes conditions. Ces cas d’exception seront réévalués annuellement.
  • La remise à l’eau obligatoire de tous les grands saumons pêchés en dehors des rivières à saumons (par exemple, dans le fleuve Saint-Laurent).
  • La réduction de la limite de prise et de possession quotidienne à un maximum de deux saumons par jour (limite de un ou deux saumons, selon la rivière).
  • L’application d'un nombre maximal quotidien de trois remises à l’eau, à l’exception des rivières de la région du Nord-du-Québec, et des rivières à l’est de la rivière Natashquan où il n’y a aucune limite.

Le Ministère poursuivra également ses discussions avec le gouvernement fédéral afin d'harmoniser la réglementation de pêche avec les modalités prévues au Plan de gestion du saumon atlantique 2016-2026, entre autres, en ce qui a trait au quota annuel, au permis de courte durée et à la pose des étiquettes.