La grippe aviaire et la faune



 

Depuis 2003, plusieurs pays d’Eurasie et d’Afrique ont connu des épizooties de grippe aviaire. La plupart des oiseaux affectés étaient des oiseaux d’origine domestique, mais certains oiseaux sauvages ont aussi été affectés par le virus.

 


Qu’est-ce que la grippe aviaire?

La grippe aviaire est une infection causée par un virus de l’influenza de type A. Ce virus, qui peut se retrouver chez plusieurs espèces d’oiseaux et de mammifères, comporte plusieurs souches qui changent continuellement.

Chez la sauvagine, les virus de l’influenza A sont normalement présents. Toutefois, la présence du virus ne cause pas de dommages majeurs aux oiseaux et, généralement, n’entraîne pas leur mort.

Le problème survient lorsqu’une souche de la grippe s’installe dans un élevage de volailles et que le virus mute pour devenir plus pathogène, causant ainsi une mortalité élevée chez les oiseaux domestiques. Si ce nouveau virus est réintroduit chez les oiseaux sauvages, on pourra alors observer une mortalité de ces derniers, ce qui n’était pas le cas avec le virus d’origine.

Quel virus cause la « grippe aviaire asiatique »?

Dans le cas de la grippe aviaire qui sévit en Europe et en Asie, le virus en cause est du type H5N1 hautement pathogène asiatique. Les différentes souches du virus de l'influenza sont nommées en fonction de certaines caractéristiques qui leur sont propres.

Ainsi, l’appellation H5N1 fait référence au type de protéines qui sont situées sur la surface du virus. On utilisera ensuite le qualificatif « hautement pathogène » qui indique que ce virus a subi une mutation et qu’il est devenu, à la suite de celle-ci, potentiellement mortel pour plusieurs espèces d’oiseaux.

Enfin, on fera la distinction entre les influenzas de souche asiatique et ceux de souche nord-américaine, car ces derniers sont des virus différents.

La situation au Québec

À l’heure actuelle, aucun cas d’influenza aviaire asiatique H5N1 hautement pathogène n’a été rapporté au Québec, et ce, autant chez les oiseaux sauvages que domestiques. Cela nous permet donc de croire que le virus est absent du territoire.

La surveillance des oiseaux sauvages

La possibilité que le virus de l’influenza aviaire puisse être transmis par les oiseaux sauvages en migration exige toutefois qu’un système de surveillance soit mis en place. Ainsi, dans le but de détecter rapidement une possible entrée du virus au Québec, le Ministère participe activement au programme québécois de surveillance intégrée de l’influenza aviaire en collaboration avec le MAPAQ et le CQSAS.

Vous avez trouvé un oiseau mort?

Si vous avez fait la découverte d’un oiseau sauvage mort ou malade, vous devez signaler votre découverte en composant directement le 1 877 346-6763. En nous rapportant cette mort, vous contribuerez activement au succès du programme de surveillance intégré de l’influenza aviaire au Québec.

Voir également