Reproduction des arbres et production de plants

Écologie

Sylviculture des forêts naturelles

Amélioration génétique des arbres

Plantations

Travail forestier

Liste du personnel de recherche par ordre alphabétique

Liste du personnel de recherche par créneau de recherche

Soutien scientifique



Cartes écoforestières
Gestion de l'information des agences régionales de mise en valeur des forêts privées (GIA)
Gestion des transmissions de rapports d’activité technique et financier (RATF)
Permis d'exploitation d'usine de transformation
du bois
Plans d'aménagement et thématiques forestières

Portail mesurage et facturation

Système PLANTS

 




Amélioration génétique des arbres


La plantation de matériel amélioré constitue une solution privilégiée pour diminuer la pression grandissante exercée sur le territoire forestier naturel, tant pour la mise en valeur des ressources autres que la matière ligneuse, que pour la création d'aires protégées. Et le Québec est bien positionné pour relever le défi. En effet, plus de 40 ans de travaux en amélioration génétique des arbres ont permis de développer des variétés améliorées à haut rendement, bien adaptées à la diversité des écosystèmes du Québec, qui servent à produire 78% des quelque 150 millions de plants utilisés chaque année dans le programme de reboisement. Le Ministère mène actuellement dix projets de recherche dans ce domaine.

L'amélioration génétique des arbres est un processus continu de sélection, d'évaluation et de reproduction d'individus possédant les caractéristiques désirées par l'industrie, soit :

  • une croissance accrue et bien adaptée à des conditions environnementales données;
  • un fût rectiligne, une branchaison fine et horizontale, un tronc cylindrique, un défilement peu prononcé, etc.;
  • du bois de qualité, d'une densité élevée;
  • une résistance accrue aux ravageurs.

Au Ministère, l'amélioration génétique des arbres se fait selon les méthodes traditionnelles de domestication des plantes et non selon celles du génie génétique, qui produisent des AGM (arbres génétiquement modifiés).

Une première sélection d'arbres se fait dans les peuplements naturels. Appelés « arbres plus », ces derniers sont choisis en fonction de leurs caractéristiques physiques (phénotype). À cette étape, la valeur génétique (découlant du génotype) des arbres sélectionnés, soit leur capacité à transmettre les caractères désirables à leurs descendants, demeure inconnue. Pour la connaître, il faut procéder à l'établissement d'une série de tests de descendances. Cette étape permet d'évaluer la proportion de la variation totale, pour un caractère donné, qui est contrôlée par la génétique, et de sélectionner les arbres supérieurs qui sont destinés à être croisés. Ce travail de sélection permet aux chercheurs de produire non seulement des populations d'arbres pour poursuivre le cycle de l'amélioration génétique, mais aussi des populations qui servent à la production des semences destinées au reboisement.

Les espèces qui font l'objet d'un programme d'amélioration génétique représentent les essences commerciales qui sont utilisées pour le reboisement, soit l'épinette noire, le pin gris, l'épinette blanche et l'épinette de Norvège. Les essences à croissance rapide (peupliers et mélèzes hybrides) occupent également une place de choix dans les programmes d'amélioration du Ministère. Ces essences se prêtent bien à l'usage de la sylviculture intensive, qui vise à produire la matière ligneuse sur de courtes rotations.

Les résultats des recherches sont publiés par le Ministère sous forme de mémoires ou de notes, ou dans les revues scientifiques spécialisées.

Pour connaître les chercheurs dont les travaux portent sur l'amélioration génétique, consultez la liste du personnel de recherche par créneau de recherche.

Voir également





Retour à la page précédente