Partenaires de la forêt privée

Agences régionales de mise en valeur des forêts privées

Grandes orientations de l'aménagement et de la gestion des forêts privées au Québec

Aménagement durable des forêts privées

Récolte et mise en marché

Pour être reconnu producteur forestier

Programmes





Cartes écoforestières
Gestion de l'information des agences régionales de mise en valeur des forêts privées (GIA)
Gestion des transmissions de rapports d’activité technique et financier (RATF)
Permis d'exploitation d'usine de transformation
du bois
Plans d'aménagement et thématiques forestières

Portail mesurage et facturation

Système PLANTS

 




Forêts privées



Les forêts privées appartiennent à près de 130 000 propriétaires et couvrent 70 000 km2, dont 66 246 km2 de territoires forestiers productifs.


Elles n'en sont pas moins les plus productives parce qu'elles sont situées dans le sud du Québec, là où le climat est plus doux et les sols plus fertiles. C'est donc dire le rôle important qu'elles jouent dans la vitalité socio-économique des municipalités dont elles font partie.Ces boisés sont généralement établis à proximité des centres urbains, donc des axes routiers, des bassins de main-d'oeuvre et des entreprises de transformation du bois. Comme la mise en valeur des forêts privées est d'intérêt public, le monde municipal, l'industrie forestière et le gouvernement du Québec, représenté par le ministère des Forêts, de la Faune et des Parcs, s'y intéressent de près.

Le gouvernement du Québec collabore avec les propriétaires de lots boisés au développement de la forêt privée du Québec depuis plus de 70 ans. Ainsi, dès 1942, le Ministère a créé le Bureau des renseignements forestiers où ces propriétaires pouvaient obtenir de l'information pour aménager leurs terres à bois. Le Ministère contribue financièrement à la mise en valeur et à la protection de la forêt privée pour environ 66 M$ par année, par l'entremise de divers programmes de subventions pour l'aménagement et la sylviculture, la production de plants, la protection contre les insectes, les maladies et les feux, ainsi que l'inventaire forestier.

Autant de propriétaires, autant de perspectives d'aménagement. C'est toutefois dans une perspective d'aménagement durable qu'ils contribueront à maintenir la vitalité socio-économique de nombreuses municipalités du Québec, avec l'aide des organismes qui les soutiennent.

Survol des forêts

Les forêts privées appartiennent aux zones de végétation  des érablières et de la sapinière à bouleau jaune (forêts de feuillus et forêts mixtes). Les forêts de feuillus, principalement des érablières, sont concentrées dans les régions des Laurentides, de Lanaudière, de l'Estrie, de l'Outaouais, de la Chaudière-Appalaches, de la Mauricie, du Centre-du-Québec et de la Montérégie. Ces érablières renferment une grande diversité d'espèces feuillues, qui varie selon les régions. L'Estrie, la Chaudière-Appalaches, la Mauricie et le Centre-du-Québec ont une proportion plus grande de résineux. Dans le Bas-Saint-Laurent, les peuplements résineux dépassent en superficie les peuplements feuillus.

La presque totalité des propriétés forestières privées (88 %) ne fait guère plus de 50 hectares. Ces petits boisés sont surtout situés en Chaudière-Appalaches, en Mauricie, au Centre-du-Québec, en Montérégie, au Bas-Saint-Laurent et en Estrie. Par ailleurs, certaines entreprises possèdent de grandes superficies de forêts d'un seul tenant. On qualifie de grandes forêts celles qui font 800 hectares ou plus. Ces grandes propriétés privées font surtout partie des paysages de la région de Québec, de la Mauricie, du Centre-du-Québec et de l'Estrie. Une bonne part de matière ligneuse provient des forêts privées du Québec. Depuis 2002, les bois transformés en provenance de la forêt privée représentent entre 14 % et 18 % des bois récoltés au Québec. Ce sont les syndicats et offices de producteurs de bois qui assurent les services de mise en marché. La production de bois de chauffage et de produits de l'érablela culture d'arbres de Noël ainsi que la récolte de petits fruits sauvages et de champignons constituent également des activités importantes dans les forêts privées. La chasse et la pêche, la pratique de loisirs variés, la villégiature le sont tout autant.

Zoom sur les propriétaires

Qui sont-ils? Que font-ils de leurs forêts?

Il est assez difficile de dresser le portrait d’un propriétaire type au Québec. Aucune étude globale n’existe sur le sujet. Cependant, un rapport d’enquête sur les propriétaires forestiers de dix régions du Québec montre qu’ils partagent tout de même quelques points communs. Ces enquêtes ont été réalisées en 1998 et 1999 par les agences régionales de mise en valeur des forêts privées. Les partenaires ont convenu de réaliser en 2012 une nouvelle étude pour constater l'évolution de la clientèle. Les résultats obtenus sont présentés dans le document  « Caractérisation des profils, des motivations et des comportements des propriétaires forestiers québécois par territoire d'agence régionale de mise en valeur des forêts privées » .

Des partenaires actifs

Depuis 1995, année du Sommet de la forêt privée, la gestion et l'aménagement des forêts privées sont réalisés régionalement en partenariat avec les 17 agences de mise en valeur des forêts privées. Quatre catégories de partenaires sont présentes au sein de chacune de ces agences :

  • les propriétaires de lots boisés;
  • les industriels forestiers;
  • le monde municipal;
  • le gouvernement du Québec.

Le 2 septembre 2014 se tenait la première Table du ministre sur la forêt privée durant laquelle le ministre a interpellé tous les partenaires de la forêt privée. Puis, une deuxième table s’est tenue le 1er avril 2015.


Sujets abordés aux Tables du ministre

  1. Renouvellement du Programme d’aide à la mise en valeur des forêts privées 2016-2019
  2. Partenariat en forêt privée

Évolution de la gestion de la forêt privée

Au cours des dernières années où de profonds changements socioéconomiques et industriels touchaient la forêt privée québécoise, plusieurs décisions, stratégies et mesures ont été mises en place afin d’améliorer l’efficience de la forêt privée. Cela a été notamment fait lors de la tenue du Sommet de la forêt privée de 1995 et du Rendez-vous de la forêt privée de 2011. Le Chantier sur l’efficacité des mesures en forêt privée de 2014, mis en place lors du Rendez-vous national de la forêt québécoise de 2013, a permis aussi de proposer des pistes d’amélioration pour accroître l’efficacité des programmes.

 

Voir également