Stratégie de protection des forêts

Gestion du feu, des insectes et des maladies des arbres









Cartes écoforestières
Gestion de l'information des agences régionales de mise en valeur des forêts privées (GIA)
Gestion des transmissions de rapports d’activité technique et financier (RATF)
Permis d'exploitation d'usine de transformation
du bois
Plans d'aménagement et thématiques forestières

Portail mesurage et facturation

Système PLANTS

 




La Stratégie de protection des forêts



 

Définition

La Stratégie de protection des forêts est l'ensemble des engagements pris le gouvernement du Québec en 1994 pour développer de nouvelles approches d'aménagement forestier. Elle a été remplacée en décembre 2015 par la Stratégie d'aménagement durable des forêts.


Les approches d'aménagement de cette stratégie visaient à :

  1. assurer le renouvellement des forêts et le maintien du rendement soutenu;
  2. permettre l'utilisation harmonieuse de toutes les ressources du milieu forestier;
  3. atteindre l'objectif d'éliminer les pesticides chimiques (insecticides et phytocides) en forêt en 2001.

Cinq grands principes étaient à la base de ces approches d'aménagement :

  • maintenir la diversité biologique du milieu pour accroître la résistance de la forêt, augmenter la polyvalence du territoire et améliorer la productivité du milieu forestier;
  • respecter la dynamique naturelle des peuplements afin de limiter le développement de la végétation concurrente et de maintenir la productivité globale de chaque station;
  • tenir compte des propriétés des stations lors de la planification des interventions forestières;
  • privilégier la régénération naturelle et ne recourir à la plantation d'essences adaptées aux caractéristiques des stations qu'en cas de nécessité;
  • réduire la vulnérabilité des forêts et des peuplements forestiers aux insectes et aux maladies. Planifier des interventions sylvicoles préventives qui permettent de maintenir la vitalité des arbres.

Des mesures concrètes

La Stratégie comportait 54 engagements, qui s'inscrivent dans quatre champs d'action :

  1. appliquer une sylviculture préventive et des méthodes de lutte exemptes de pesticides chimiques
    - Vingt engagements de nature technique relatifs à la mise en œuvre de pratiques sylvicoles préventives et à l'application de méthodes de lutte exemptes de pesticides chimiques (insecticides et phytocides).
  2. améliorer les connaissances forestières
    - Dix-huit engagements touchant directement le secteur de la recherche et du développement.
  3. informer le public
    - Dix engagements concernant l'amélioration des procédures d'information et de consultation auprès du public et des maisons d'enseignement.
  4. ajuster les cadres légal, réglementaire et de gestion
    - Six engagements concernant la législation forestière et certains aspects réglementaires.

La mise en œuvre de la Stratégie

La Stratégie a porté fruit. Le Ministère a définitivement abandonné les insecticides et phytocides chimiques comme moyen de lutter contre les insectes ravageurs. Il s'était en effet engagé à les éliminer pour 2001. L'usage de l'insecticide biologique « B.T. » et l'application d'une sylviculture préventive les ont remplacés. La protection de la régénération naturelle, la plantation de plants de forte dimension et le dégagement mécanique sont autant de nouvelles approches sylvicoles qui ont permis de remplir cet engagement.

Le Ministère a publié en 2000 le Bilan de l'implantation de la Stratégie de protection des forêts 1995-1999 (Format PDF, 2,6 Mo).

La Stratégie de protection des forêts a été remplacée le 17 décembre 2015 par la Stratégie d’aménagement durable des forêts.