Lapin à queue blanche

Autres noms communs : Nom scientifique : Nom commun anglais :
  Sylvilagus floridanus Eastern Cottontail

Identification

Taille moyenne : 38 à 49 cm (1,1 à 1,5 kg). Les femelles sont légèrement plus grosses que les mâles.

Coloration : Pelage brun grisâtre (toute l'année); nuque brun cannelle; abdomen blanc; queue brune sur le dessus et blanche dessous (seul le dessous est visible lorsqu'il court).

Traits externes caractéristiques : Oreilles (53 à 66 mm); pieds (80 à 108 mm).

Comment différencier le lapin à queue blanche, le lièvre d'Amérique et le lièvre arctique :

Le lapin à queue blanche a :

  • taille plus petite que les lièvres;
  • oreilles plus courtes que les lièvres;
  • pieds postérieurs plus courts que les lièvres;
  • pelage d'hiver brun grisâtre toute l'année;
  • bout des oreilles non noir;
  • queue brune sur le dessus et blanche dessous toute l'année.

Le lièvre d'Amérique a :

  • taille légèrement plus grosse que le lapin à queue blanche, mais plus petite que le lièvre arctique;
  • oreilles plus longues que le lapin à queue blanche, mais courtes pour un lièvre;
  • pieds postérieurs particulièrement longs pour sa taille;
  • pelage d'hiver blanc avec base des poils foncée;
  • bout des oreilles noir;
  • queue brune sur le dessus et blanche dessous en été; queue blanche en hiver.

Le lièvre arctique a :

  • taille plus grosse que le lièvre d'Amérique;
  • oreilles plus longues;
  • pieds longs caractéristiques des lièvres;
  • pelage d'hiver blanc jusqu'à la base des poils;
  • bout des oreilles noir;
  • queue blanche toute l'année.

Habitat

Aire de répartition du lapin à queue blanche (Format PDF, 504 Ko)

Il habite les prés, vergers, champs abandonnés, buissons, bosquets, haies et en bordure des bois, parfois dans les parcs urbains.
Il est actif toute l'année, principalement à l'aube et au crépuscule. Le jour, il se cache dans une petite dépression du sol creusée sous une souche ou un arbuste, dans un bosquet ou un fourré. L'hiver, il utilise aussi les terriers de marmottes et de mouffettes ou un tunnel creusé dans la neige.

Domaine vital : 0,6 à 11 hectares.

Sédentaire, il utilise un réseau de sentiers dans la végétation ou la neige. Solitaire, il tolère la présence d'autres individus.

* Plusieurs signes témoignent de sa présence :

  • ramilles nettement tranchées en biseau;
  • arbrisseaux à l'écorce rongée;
  • petites crottes sphériques sur le sol.

Alimentation

En été, il se nourrit de plantes herbacées (verge d'or, plantain, trèfle, pissenlit), parfois des légumes des potagers.
En hiver, il broute écorce, ramilles et bourgeons d'arbrisseaux et arbustes (érable, bouleau, chêne, pommier, peuplier, framboisier, aulne, aubépine, cornouiller, hêtre, chèvrefeuille, viorne, airelle, sorbier, amélanchier, cerisier, pin), parfois aussi les arbres d'ornements.

Reproduction

Saison : Fin février à septembre.

Mode : La maturité peut être atteinte dès 3 à 6 mois, mais la première reproduction survient généralement l'été suivant. Le mâle et la femelle se font une cour composée de bonds et poursuites, habituellement au crépuscule. La femelle creuse un nid : trou peu profond tapissé d'herbe, feuilles et poils sous un arbrisseau ou dans les hautes herbes. Elle peut avoir jusqu'à 4 portées par an, de 2 à 8 petits chacune (en moyenne 5 à 6). La gestation dure 26 à 32 jours et les petits naissent aveugles et presque nus entre mars et septembre. La femelle les laisse seuls au nid et ne les allaite qu'une ou deux fois par jour. Les jeunes ouvrent les yeux vers une semaine, quittent le nid vers 2 semaines, sont sevrés et délaissés par la mère vers 4 à 5 semaines et se dispersent à 7 semaines environ.